Chemin : Accueil > Blog bio > Maison > L'UFC-Que Choisir dénonce les coûts cachés du chauffage électrique

L'UFC-Que Choisir dénonce les coûts cachés du chauffage électrique

Par Karine Bioetbienetre - Imprimer cet article

A la veille de l'ouverture du débat sur l'énergie, l'UFC-Que Choisir a mis en avant les nombreux désavantages que présente le chauffage électrique et réaffirme ainsi l'importance d'une transition énergétique.

Les derniers hivers, très rigoureux, ont mis évidence la menace que pouvait constituer les chauffages électriques pour la sécurité du système électrique français. Mais le scandale que représente pour l'ensemble des consommateurs le coût caché de ce mode de chauffage, dont le volume conséquent est typiquement français, est, lui, passé sous silence dénonce l'association de défense des consommateurs.
> 8 millions de foyers sont équipés de radiateurs électriques, soit 1/3 des logements. Une spécificité bien de chez nous qui s'explique par le sur-dimensionnement du parc nucléaire.

La reconstitution des coûts de production et de transport, réalisée par l'UFC-Que Choisir, est aussi éclairante qu'inquiétante.

Le stockage de l'électricité étant impossible, il faut disposer de moyens de production en mesure d'ajuster l'offre et la demande d'électricité en temps réel.

Le problème est que le chauffage électrique fait appel à un choix énergétique aberrant. Les centrales nucléaires, par la création de chaleur (en faisant «bouillir de l'eau»), produisent de l'électricité qui elle-même va être sollicitée pour... créer de la chaleur (avec un rendement global autour de 20 %). Utiliser directement une énergie thermique pour se chauffer (bois, soleil...) et récupérer la chaleur qui intervient dans la production électrique par la co-génération constituent des solutions bien plus efficaces et pertinentes.

 

Et ce n'est pas tout. Avec l'augmentation annoncée du prix de l'électricité, de nombreux ménages équipés par ce système de chauffage risquent de se retrouver en situation de précarité énergétique... Ainsi, il faudrait à minima et rapidement, s'engager dans la rénovation des logements pour limiter les dépenses en matière d'énergie.

Enfin du point de vue du réseau, le chauffage électrique représente un danger pour sa stabilité. Lorsqu'en hiver la température chute, il provoque un appel de puissance important, de l'ordre de 2300 MW en plus par degré en moins. Cet appel se fait en partie sur une période de pointe, nécessitant une gestion de plus en plus problématique pour RTE, notamment dans les péninsules électriques que sont la Bretagne et PACA. Sans oublier les coûts que cela engendre pour les consommateurs...

L'électricité devrait en réalité être réservée à un usage électrique et non thermique !

 

Lire la suite

 

 

Optez pour une électricité verte avec ENERCOOP : http://www.enercoop.fr/

Commentaires (0)

Soyez le premier à commenter cet article !

Soumettre un commentaire

Prénom/Nom :
Mail :  (votre mail sera ni affiché ni diffusé)
Message :
Important ! Votre message sera affiché après validation par notre équipe.

Produits à la une

Produits en promotion